Thursday, September 29, 2011

La Réunion: "opération ciblée" d'élimination de requins après des attaques

SAINT-DENIS-DE-LA REUNION, 26 septembre 2011 (AFP) - Le préfet de la Réunion Michel Lalande a annoncé lundi l’élimination dès cette semaine d’une dizaine de squales appartenant aux espèces les plus dangereuses à l’origine de quatre attaques, dont deux mortelles, contre des surfeurs depuis le début de l’année.

Ces éliminations s'intègrent dans une vaste stratégie de réduction du risque requins "équilibrée et concertée", a précisé le préfet.

"Le risque requin est un risque endémique à la Réunion et touche tous les pays baignés de mer chaude", a rappelé M. Lalande.

Entre 1980 et 2010, 32 attaques ont été enregistrées sur les côtes réunionnaises dont 14 mortelles. La dernière s’est produite le 19 septembre à Saint-Gilles où un moniteur de surf, Mathieu Schiller, 32 ans, a été happé par un requin à une vingtaine de mètres de la plage, suscitant une vive émotion et un début de polémique sur l’absence de mesures de sécurisation.

Malgré plusieurs jours de recherche à l’aide d’importants moyens, son corps n’a pas été retrouvé.

Jugeant "exceptionnelle et difficilement explicable" la concentration d’attaques de requins à Saint-Gilles, la zone la plus touristique de l’île, le préfet a annoncé la mise en place d’une stratégie de réduction de risques à court et long terme.

La mesure la plus spectaculaire consistera en une "opération ciblée" d’élimination de requins bouledogue et tigre, jugés responsables de la majorité des attaques enregistrées dans l’île.

Ces deux espèces ne sont pas protégées par la réglementation française mais considérées comme "quasi-menacées" dans le classement de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Au total dix spécimens seront capturés par deux pêcheurs professionnels sur trois jours pendant lesquels les activités nautiques et de baignade seront interdites. "Il s’agit des requins qui se seraient sédentarisés. Il faut créer un trouble dans cette population", a déclaré le préfet.

La Fondation Brigitte Bardot a déploré une décision "démesurée". "De quel droit nous permettons-nous d’envahir tous les milieux en faisant le ménage de tout ce qui peut représenter un danger pour l’homme ?", dénonce la Fondation dans une lettre au préfet.

L’opération de capture sera complétée par des moyens de prévention sur la commune de Saint-Paul, dont dépend la plage de Saint-Gilles. Trois mesures de long terme, dont le lancement de deux études scientifiques, ont également été annoncées.

Le préfet a toutefois rappelé qu’"il n’y a pas et qu’il n’y aura jamais de risque zéro" soulignant que les "activités de pleine mer présentent un risque réel et sérieux que chacun doit assumer, quelles que soient les mesures prises".

Le week-end prochain, lors d’une compétition de surf, la ligue locale a prévu la présence de scaphandriers, de bateaux, de jet-skis ainsi que des plongeurs pour signaler toute présence de requins.

Printed in Tahiti Infos on Tuesday, September 26, 2011

English Translation:

The head of the French overseas department of Reunion Island announced on Monday the authorization to kill dozens of sharks belonging to the most dangerous species. These species have been responsible for 4 attacks (including 2 lethal) against surfers since the beginning of the year.

This decision is part of a vast strategy to reduce the "shark risk" and has been taken after discussion with the local mayors.
The "shark risk" is endemic to Reunion island and all warm ocean countries are facing it.

Between 1980 and 2010, 32 attacks were recorded on the island's coast, including 14 deaths. The last one occured on 19th September where a surf instructor, Mathieu Schiller, 32, got caught by a shark, 20 meters away from the beach. This triggered emotion and the start of a controversy on the absence of local safety measures.

Despite important measures to find the body, Mathieu Schiller is still missing.

This "exceptional and hardly explainable" shark concentration on the most popular beach of the island, the Prefet, head of the department, announced thestrategy to reduce short and long term risks.

The most spectacular measure will consist in a "targeted operation" to eliminate bull and tiger sharks held responsible for the majority of the attacks recorded around the island.

These two species are not protected by French law but assessed as "near threatened" by the International Union for Conservation of Nature.

In total, 10 sharks will be killed by professional fishermen over a 3 day period during which all water activities will be prohibited in the area. "These sharks have settled in the area. We are targeting at creating confusion in this shark population" said the Prefet.

The Brigitte Bardot foundation stated that the measures were disproportionate. "How can we invade all areas clearing all those representating a threat to Man?", says the letter sent to the Prefet by the Foundation.

These prevention operation will be completed in the town of Saint Paul where the Saint Gilles beach is located. 3 long term measures, including the launch of a couple of scientific studies, have also been announced.

The Prefet reminded though that a "zero" risk did not exist emphasizing that open ocean activities represent a serious risk whatever prevention measures are taken.

Next weekend, during a surf competition, the local surf league has planned to have scuba divers, boats and jet skis patrolling to spot sharks in order to prevent an attack.

Translation courtesy of Tahiti Private Expeditions

No comments:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...